Normes et standards
de l'AMS

Recherche de provenance biens spoliés sous le régime nazi

Les recherches de provenance de biens spoliés par les nazis concernent en principe tous les types et toutes les tailles de musées. Rien n’arrêtait le régime national-socialiste qui a volé des oeuvres originales de grande valeur ou des montres de poche, des services à thé ou des manteaux de fourrure. On retrouve aujourd’hui des objets anciennement de propriété juive dans de nombreux musées très différents.

Recherche de provenance biens spoliés

Une recherche de provenance d’art spolié sous le régime nazi doit examiner l’origine de tous les objets entrés dans une collection à partir de 1933. En examinant attentivement un objet et en consultant les sources historiques, il est possible de déceler des éléments de son histoire. Aujourd’hui, les recherches de provenance sur les biens spoliés par les nazis se basent sur les « Principes de la Conférence de Washington applicables aux oeuvres d’art confisquées par les nazis » (« Principes de Washington »), dont la Suisse a fait partie des États signataires en 1998. En adhérant à ces onze principes, la Suisse affirme notamment sa volonté de trouver une « solution juste et équitable » avec les descendants des anciens propriétaires. Ces principes visent non pas à inculper mais à inciter les États signataires à s’engager de manière volontaire dans le réexamen du traitement des personnes dont les droits de propriété ont été retirés sous le national-socialisme entre 1933 et 1945. Les conclusions de ce réexamen ne doivent pas forcément impliquer la restitution du bien en question. Elles peuvent également consister, par exemple, en paiements rétroactifs, en nouveaux achats ou en restitutions symboliques associées à des prêts permanents.

Cette brochure est dédiée à la recherche de provenance des oeuvres d’art spoliées à l’époque du national-socialisme. Elle vise à sensibiliser les institutions muséales à cette question et expose tout ce qu’il faut savoir à ce sujet en quelques pages. Elle est avant tout destinée à servir de guide aux musées de petite taille ou de taille moyenne qui n’ont pas encore d’expérience pratique en la matière, et présente de manière brève et concise les principes et les questions essentielles ayant trait aux oeuvres d’art spoliées par les nazis. Six études de cas exemplaires menées par des institutions muséales en Suisse et en Allemagne illustrent comment, en s’appuyant sur des caractéristiques indiquant la provenance d’un objet et sur son contexte, il est possible de recueillir des indices pour clarifier son origine.

La publication a été écrite par Dr. Carolin Lange et Dr. Thomas Schmutz (Lange & Schmutz Provenienzrecherchen).

AMS, 2020, 12 pages


Services

gratuit
télécharger [PDF]

CHF 5.00 + frais d'envoi
commander la version imprimée

également disponible en allemand et en italien.