Chronique

La chronique donne un aperçu complet et varié des nouveautés et changements dans le paysage muséal suisse.

Beaucoup de fêtes pour commencer: la Fondation Wildnispark Zürich célèbre le dixième anniversaire du Sihlwald – «Parc naturel périurbain d’importance nationale» – avec l’exposition spéciale «WaldWildnisWir – Faszination Naturwald» présentée dans le Musée naturel.

Le Museo in erba, destiné à un public de familles avec enfants, fête son vingtième anniversaire avec l’exposition interactive «Calder, che circo !», réalisée en collaboration avec le Centre Pompidou de Paris. Le mudac – Musée de design et d’arts appliqués contemporains célèbre le vingtième anniversaire de sa fondation avec vingt rendez-vous qui auront lieu de l’automne 2020 jusqu’en juin 2022, quand il s’installera dans les espaces du «quartier des musées» PLATEFORME 10. Le Paul Gugelmann Museum fête son vingt-cinquième anniversaire avec l’exposition spéciale consacrée aux œuvres de Gugelmann provenant de collections privées. À l’occasion du vingt-cinquième anniversaire du changement de canton de la Laufental, le Museum Laufental présente une nouvelle exposition permanente sur ce thème. Electrobroc célèbre cette année son trentième anniversaire en présentant un nouveau programme de conférences et de projets didactiques. Cet été, les costumes, les masques et les accessoires de scène du Theatermuseum Zürich ont constitué le cœur de l’exposition «Theater Leben – 50 Jahre Theater Stok», organisée aux Archives municipales de Zurich pour célébrer son anniversaire. Pour fêter le trois-centième anniversaire de sa construction, le château de Jegenstorf a préparé l’exposition spéciale «300 Jahre – 30 Objekte. Schätze und Trouvaillen der Sammlung» ; la deuxième exposition programmée a été renvoyée à 2021. Les événements programmés pour le trentième anniversaire du Kunsthaus Zug an der Dorfstrasse, qui prévoyaient des expositions sur Richard Gerstl, Christine et Peter Kamm, ainsi qu’une fête finale pendant l’été, n’aura pas lieu avant l’année prochaine.

Michaela Oberhofer et Nanina Guyer, curatrices de l’exposition «Fiktion Kongo – Kunstwelten zwischen Geschichte und Gegenwart» au Museum Rietberg, et Raphaël Bouvier, curateur de «Der junge Picasso. Blaue und Rosa Periode» à la Fondation Beyeler, ont été candidats au prix de la revue ART. Plusieurs musées suisses ont été candidats au prix «Musée européen de l’année» : le Landesmuseum Zürich, le MoMö Schweizer Mosterei- und Brennereimuseum, le Hexenmuseum Schweiz, le Musée Historique Lausanne, le Museum Altes Zeughaus de Soleure, le Stapferhaus et le Museum Burghalde de Lenzburg, ainsi que le Museum Susch.

Ces derniers temps, beaucoup de musées suisses ont fait l’objet de travaux de rénovation, d’agrandissement et de transformation, et certains d’entre eux ont même trouvé de nouveaux sièges. Depuis la fin de 2019, l’Historischen Museums Obwalden présente ses collections dans son nouvel espace de Kägiswil. La Haus der Museen d’Olten a elle aussi ouvert ses portes à la fin de l’année dernière : depuis lors, la nature, l’histoire et l’archéologie sont présentes sous le même toit. Depuis le début de 2020, le Naturhistorische Museum Bern donne le bon exemple avec ses «WC pour tous» : des espaces non catégorisés et ouverts aux femmes, aux hommes, aux trans-, aux inter-genders et aux personnes non-binaires. Après d’importants travaux de rénovation, depuis le mois de février les vitrines et les minéraux de l’exposition permanente de focusTerra – ETH Zürich brillent d’un nouvel éclat. Après quinze ans de travaux, le château de Chillon a inauguré au printemps le nouvel aménagement de ses espaces extérieurs avec une zone réception plus accueillante, un parcours piétonnier et le nouveau Café Byron. Après l’incendie de 2015 et la reconstruction qui a suivi, le Bergbaumuseum des Bergwerks Käpfnach se présente depuis ce printemps avec un nouvel aménagement qui met en valeur l’attrait de la mine et attire des visiteurs de tous âges. Le Bergbaumuseum Graubünden Schmelzboden à Davos a installé un monte-charges inspiré de modèles historiques. Après plusieurs années de rénovation, le «château pour tous» de Burgdorf (Schloss Burgdorf) a ouvert ses portes au public en offrant de nouveaux espaces muséaux, ainsi qu’un restaurant et une auberge de jeunesse. Depuis cet été, le site web de l’église abbatiale de Payerne offre un parcours de découverte virtuelle avec vingt étapes audioguidées. Dans le Natur- und Tierpark Goldau, des emplacements pour l’observation des abeilles et des coléoptères ont été inaugurés sur le sentier des insectes et un nouvel équipement a été installé pour des blaireaus. Toujours pendant l’été, les travaux au Landesmuseum Zürich, en cours depuis quinze ans, se sont enfin achevés. Le Stadtmuseum Brugg, fermé pendant presque un an pour des travaux de rénovation, a rouvert ses portes fin août avec une nouvelle exposition permanente. La vieille remise de l’Heimatmuseums Davos a été agrandie et comprend aujourd’hui une salle pour des expositions et des événements. Dans le Gletschergarten Luzern, la Schweizerhaus historique, qui remonte à 1874, a été splendidement restaurée ; le cœur de l’exposition permanente renouvelée au rez-de-chaussée est l’histoire de la famille du fondateur Amrein-Troller. Le Telefonmuseum TELEPHONICA d’Islikon a rouvert ses portes à l’automne, après une modernisation en profondeur du bâtiment. La Fondation Toms Pauli a déplacé ses bureaux administratifs et ses collections dans les espaces de PLATEFORME 10. Après des années de restauration, le Militär- und Festungsmuseum Full-Reuenthal ouvre au public trois autres sites dans le Canton d’Argovie : la Festung Rein, le poste de commandement de la Grenzbrigade 5 à Wallbach et le grand poste d’observation à Vorderrein. Après trois années de restauration, le MASI Lugano – Museo d’arte della Svizzera italiana a ouvert son deuxième siège dans un édifice historique, le Palais Royal de Lugano. Récemment inauguré, le Musée Atelier Audemars Piguet offre au public un panorama de l’histoire de l’horlogerie dans la Vallée de Joux et de celle du célèbre atelier d’horlogerie. Le Gutenbergmuseum offre des cours de sérigraphie, de marmorisation, de fabrication de papier et d’origamis. Le Domschatzmuseum a été inauguré fin août à Coire : outre le trésor de la cathédrale, il présente au public un cycle de représentations de la mort remontant à 1543 et provenant du château épiscopal de Coire. À la fin de 2020, le Schweizerische Blindenmuseum « anders sehen » (« voir différemment ») sera inauguré à Zollikofen près de Berne. Le Musée du tourisme de la région de la Jungfrau, à Interlaken-Unterseen, a été rebaptisé TOURISMUSEUM. Et toujours à propos de changements : depuis 2020, le château de Jegenstorf est le siège officiel des mariages civils du district Bern-Haut-plateau suisse.

De nombreux musées suisses ont connu des changements de direction. En octobre de l’année dernière, le Lindwurm Museum, la résidence pour artistes de Chretzeturm et le futur centre culturel de la Jakob und Emma Windler-Stiftung à Stein am Rhein sont passés sous la houlette de la nouvelle directrice culturelle, Helga Sandl, et de son adjointe, Verena Nussbaumer. En novembre 2019, Lena Friedli a pris la direction du Forum Schlossplatz d’Aarau, en remplacement de Nadine Schneider, qui est devenue la codirectrice, avec Kaba Rössler (précédemment en poste au Stadtmuseum Aarau), de l’Henry-Dunant-Museums Heiden depuis octobre 2019. Enfin, Marc Griesshammer est responsable du Stadtmuseum Aarau depuis novembre 2019. À la suite du départ du curateur Dominik Sieber, le Stadtmuseum Brugg cherche un nouveau directeur. Au début de 2020, Christian Kaufmann-Issler a pris la présidence de l’Association Heimatmuseum Davos. Depuis le début de l’année, Lukas Germann est le nouveau directeur et curateur du Museum zur Farb de Stäfa. Le MASI Lugano a souhaité la bienvenue à Stefan Hottinger-Behmer comme nouveau responsable du département Communication, marketing & collecte de fonds. Au Typorama de Bischofszell, Percy Penzel a pris la place de Paul Wirth. Depuis février, Almut Grüner est la directrice des Musées cantonaux de Lucerne. En mars, le centre culturel et artistique Ferme-Asile de Sion a lui aussi trouvé une nouvelle directrice en la personne d’Anne Jean-Richard Largey. Également depuis mars, l’historienne de l’art Lucia Angela Cavegn est directrice du Museum kunst + wissen de Diessenhofen. Depuis le mois de juin, la Maison du Dessin de Presse est dirigée par Stéphanie Reinhard. Le même mois, Birgit Langenegger et Martina Obrecht ont pris la codirection du Museum Appenzell, après le départ à la retraire de Roland Inauen. En juin, Alfred Heer, qui dirigeait l’association Zuger Depot Technikgeschichte depuis sa fondation, a cédé la direction à Thomas Lötscher. Depuis juillet, l’historienne de l’art Katharina Ammann est responsable de l’Aargauer Kunsthaus, en remplacement de Madeleine Schuppli. En août, les activités opérationnelles de DIORAMA Einssiedeln ont été reprises par la Fondation DIORAMA Bethlehem. En août, Christian Hunziker a pris la direction du Seemuseum de Kreuzlingen, en remplacement d’Ursula Steinhauser. En septembre, l’historien Beat Zimmermann, collaborateur depuis 2015, a été nommé responsable des « Archivs Ortsgeschichte AO » des Museen Maur. Relève de la garde aussi au Musée du fer et du chemin de fer de Vallorbe : le nouveau directeur et curateur est Kilian Rustichelli, qui succède à Simon Leresche. En septembre, la direction du Schulmuseum Mühlebach à Amriswil a également changé : Frauke Dammert est le nouveau directeur, en remplacement de Hans Weber, qui a dirigé le musée pendant de nombreuses années et qui reste président de la Fondation Schulmuseum Mühlebach. Dans le conseil de fondation du Museum ENTER, l’entrepreneur Adrien Fleury a remplacé Theodor Klossner. La Fondation Martial Ançay, qui gère le Musée du savoir-faire alpin de Fully, a comme nouveau président Pierre-Maurice Roccaro et comme vice-président Camille Ançay. En octobre, Daniel Bärtschi, le directeur du Naturama Aargau, a été remplacé par un comité directeur formé de Johanna Häckermann (présidence), Denis Vallan et Florian Helfrich. Depuis la mi-octobre, Marc Zehntner remplace Marc Fehlmann à la direction de l’Historischen Museums Basel. Rainier d’Haussonville succède à Amélie Cherbuin à la présidence de la Fondation Othenin d’Haussonville pour le rayonnement de l’esprit de Coppet. En outre, Simon d’Haussonville, représentant de la famille propriétaire du château, rejoint la direction de la fondation. En novembre, l’historienne Mariska Beirne a pris la direction du Weinbaumuseum am Zürichsee. Enfin, Marc Philip Seidel est le nouveau directeur du Burghalde Museum.